Etant de nouveau à mi temps,j'ai de nouveau quelques soirées libres et je peux en profiter pour bloguer.J'ai entamé l'hiver dernier l'ossature des cloisons de séparation.

cloisons_002
Certaines reçoivent un lattis serré d'un coté,ce sont celles remplies en terre paille ou en torchis,le temps de séchage étant long,je préfère bien ventiler.
Sur celles de l'étage sont cloués des panneaux de contreventement et seront remplies d'autres mélanges.
Puis j'ai passé mes gaines électriques (j'y reviendrai dans un autre post).
cloisons_025

Les remplissages débutent en mars,j'ai commencé par le torchis.C'est un mélange lourd (1500 kg /m3),destiné à donner de la masse thermique à la maison.Au malaxeur je mélangeais 3 seaux de terre pour 2 de paille et 2 de foin,faiblement hachés.Les fibres faisaient entre 5 et 30 cm.Mon petit malaxeur planétaire a été un peu à la peine,du coup.Au final,c'est un mélange lourd mais rapide  à mettre en oeuvre et long  à préparer entre le tamisage de la terre et le malaxage.On ne fait pas de gras en faisant du torchis !!Sur le côté non préalablement latté je clouais une latte tous les 15 cm.
Voici les différentes étapes.

cloisons_006
cloisons_001
cloisons_007

Le deuxième type de remplissage est le terre paille.C'est l'inverse du torchis.Il est très fibré puisqu'il s'agit de paille trempée dans une barbotine de terre.Je la mettais dans un baignoire remplie de barbotine et je foulais au pied.Puis on la met à égoutter la nuit sur des palettes.On dispose rapidement d'un bon tas pour plusieurs soirée de banchage.Pour évaluer la bonne consistance il faut que le mélange fasse un gant léger quand on y plonge la main,on ne doit plus voir la peau.Il a une consistance de chocolat au lait,pas plus épais.Ensuite on visse des banches de chaque coôé de l'ossature.Pour ma part j'avais déjà un côté latté,ce qui m'a évité de passer mon temps à faire des aller retour et de déplacer sans cesse mon escabeau de chaque côté de la cloison.Alors,y a plus qu'à :on remplit on tasse avec un bâton,en insistant bien le long des montants,on remplit,on tasse,on remplit,on....Il faut que la strate soit continue sur toute la longueur.Dans ce but on insère une cale entre la banche et le montant pour pouvoir passer du mélange par ce vide.A la fin de chaque banche je visse un tasseau sur toutes la longueur de l'ossature pour maintenir le mélange en place.Le lendemain,on débanche et on repasse à la suivante.Au final,le mélange est rapide à préparer et très long à mettre en oeuvre.Mais j'aime bien car cette technique libère l'esprit pour penser à plein de choses ,voire même de ne penser à rien du tout.

cloisons_005

Ce qui me séduit aussi dans ces deux techniques,c'est qu'avec des matériaux basiques ,on obtient des comportements (isolation ou masse thermique )complètement différents justes en variant leurs proportions.Il n'y a pas plus décroissant comme façon de construire que le terre paille et le torchis.

J'ai testé un autre remplissage,le terre copeaux,soit dans une canisse perdue à l'étage soit entre une banche et un lattis serré.Il cumule les inconvénients du torchis car il faut quand même tamiser pas mal de terre et ceux du terre paille  car il est long à mettre en oeuvre.En effet on ne peut en prendre que de petites poignées et même à la pelle on en reverse plein si l'on a préparé un mélange léger (pas trop quand même sinon il ne tiens pas une fois la banche enlevée ou s'effrite si on veut l'enduire).Or,à ces endroits ,je voulais un mélange léger.De plus,j'ai acheté de la canisse en roseau fendu,pas des plus solides...Bref,ce mélange ne m'a pas enchanté.

cloisons_026

Un autre,le paille chaux,banché dans une cloison contreventée par panneau.Bof,aussi long que le terre paille,moins de cohésion, plus cher que la terre.Le seul intérêt de ce mélange,et c'est la raison pour laquelle je l'ai utilisé,la rapidité du séchage.

Enfin,j'en avais marre de bancher (de jouer penseront certains...) alors j'ai rempli une cloisons en copeaux de châtaigner secs.Il n'y a pas de préparation,pas de temps de séchage,par contre on passe du temps à tasser et plus on approche du plafond,moins c'est évident à bourrer.

Par précaution,les cloisons en paille et les rampants ,qui vont être recouvert de volige en parement,ont été enduits d'une barbotine de terre consistance yaourt afin qu'aucun brin de paille ne puisse donner prise à une flamme éventuelle.Ceci dit j'ai fait le test,les brins de terre paille en vrac prennent difficilement feu et sont auto extinguibles.

cloisons_027

cloisons_034

La cloison terre paille de la chambre,une fois sèche  et enduite,ça sonne vraiment comme une cloison "en dur" alors que c'est que du mou ! (comme le reste de la maison d'ailleurs).

cloisons_032

Les rampants,c'est pas ce qu'il y a de plus marrant à enduire...Merci à Camille qui a passé une semaine avec moi à faire ça.